Skip to main content
ActusHOPPENMa Santé 2022SantéTime To Care

Les 10 chantiers du programme Ma Santé 2027 – les recommandations de LISA

By 6 septembre 2022No Comments

Découvrons ensemble les 10 chantiers Ma Santé 2027 identifiés comme prioritaires par LISA

La grande transformation : c’est le titre de ce nouveau programme diffusé par le Laboratoire d’Idées Santé Autonomie (LISA) où sont identifiés 10 chantiers prioritaires à destination du Ministre de la Santé François Braun. Après l’analyse du programme Ma Santé 2022, HOPPEN vous propose un résumé de ces 10 nouveaux chantiers structurants. C’est parti !

Chantier n°1 : « Prévention et promotion de la santé : passer enfin à l’acte »

C’est la première recommandation du Laboratoire d’Idées Santé Autonomie (LISA). Il s’agit d’entretenir et renforcer la prévention en donnant des moyens à l’expertise sur les déterminants de santé. Les thèmes restent approximativement les mêmes : le tabac, l’alcool, les autres addictions, la malbouffe ou les risques professionnels.

La 2ème indication serait de renforcer les moyens de la santé en population. Selon LISA sont concernés :

  • le tissu associatif,
  • les intervenants sociaux,
  • les réseaux de médecine collective

Enfin, le laboratoire recommande le développement de l’implication des différents ministères, par exemple : l’Agriculture, l’Aménagement du territoire, le Logement, l’Education nationale.

Chantier n°2 : « Des compétences soignantes en phase avec les besoins des territoires : réduire la fracture sanitaire »

Ce 2ème chantier est accès sur la question des compétences et de la répartition des tâches entre les soignants. Le travail en équipe entre médecins, infirmières doit continuer de se développer pour permettre aux services de soins primaires de se renforcer grâce à l’effort du collectif. Des missions trop restreintes peuvent souvent se traduire par un désenchantement des professionnels et un manque de perspectives pour leur carrière professionnelle.

Chantier n°3 : « Des formations plus agiles : décloisonner tous azimuts »

Ce projet fait écho au précédent ! Selon LISA, l’un des chantiers prioritaires est la réformation des formations en mode « agiles ». Cela permettrait de favoriser les évolutions de carrières au sein même de l’établissement de santé ce qui accentuerait la motivation mais aussi l’engagement des collaborateurs évitant ainsi les départs.

La deuxième mesure proposée est la création de « ponts » entre les formations favorisant la mutualisation et le développement des compétences.

Enfin les formations devraient être adaptées aux besoins des territoires. La priorité : lutter contre les déserts médicaux.

Chantier n°4 : « Financement de la santé : planifier le retour à l’équilibre des comptes sociaux »

En plus d’une revalorisation des salaires pour les soignants, LISA recommande une discussion sur l’équilibre prix-volume, l’évolution des tarifs au cours du cycle de vie de l’innovation etc.

Enfin, une étude et analyse de l’impact et de la durabilité énergétique et écologique du secteur de la santé est suggérée.

Chantier n°5 : « La régulation en santé : clarifier les principes »

Plusieurs sujets se retrouvent au cœur de ce chantier santé : les disparités territoriales, les innovations technologiques et organisationnelles, l’évolution des métiers etc. Tous ces sujets participent aux déséquilibres entre territoires. Ils nécessitent donc un travail de régulation et d’organisation pour un retour vers l’équilibre.

Le secteur mis en avant pour une régulation est notamment celui de l’industrie pharmaceutique française et européenne. LISA demande ainsi plus d’autonomie pour éviter les nombreuses ruptures de stocks de médicaments.

Chantier n°6 : « Les systèmes d’information : une infrastructure essentielle à consolider »

Ce chantier a déjà été entamé dans le programme Ma Santé 2022. LISA met en avant la question « d’urbanisation des systèmes d’information en santé, en mobilisant les industriels auprès des professionnels et des établissements et services, avec des ressources à la clé, et à bâtir une nouvelle interface pour les usagers à travers Mon espace santé. »

Le laboratoire applaudit également le développement de la conduite du changement mis en place dans le programme Ma Santé 2022. Cela concerne notamment :

  • la définition d’un objectif précis,
  • la mise en place d’une démarche de concertation et de co-construction,
  • le développement des moyens nécessaires,
  • la définition des acteurs pivots pour mobiliser les opérateurs et les parties prenantes (l’Agence du numérique en santé, la Direction du numérique en santé et l’assurance maladie).

Chantier n°7 : « Le statut des opérateurs : ne plus reculer devant ce chantier de modernisation prioritaire »

Simplifier : le mot clé de ce chantier ! Cela concerne le statut de l’hôpital public et la bureaucratique de l’ensemble du secteur hospitalier, du plus petit hôpital jusqu’au ministère de la Santé.

Le Laboratoire d’Idées Santé Autonomie insiste sur le fait de simplifier la gouvernance territoriale de l’hospitalisation publique pour une meilleure régulation de l’offre de soins.

Enfin, une rénovation des principes de la médecine libérale et des conditions de management des nouvelles organisations seraient à prévoir.

Chantier n°8 : « Pour la décentralisation dans le champ de la santé »

On parle dans ce chantier de créer une nouvelle gouvernance entre la déconcentration et de décentralisation. Laboratoire d’Idées Santé Autonomie parle concrètement de « fonder un système d’acteurs à compétences partagées » avec une double dyarchie : Préfet/ARS d’une part, ARS/collectivités locales (région ou département). LISA précise que les Agences Régionales de Santé doivent se tenir à un rôle « d’agence technique agissant pour le compte des préfets, des régions et des départements ».

Chantier n°9 : « La gouvernance centrale : ne pas craindre le grand bouleversement »

« Peut-on conduire les réformes avec l’organisation existante au niveau central ? » c’est la grande question à laquelle LISA tente d’apporter des éléments de solution. La première démarche serait de déconcentrer le secteur de la santé, « confier les compétences Etat à un échelon infranational » pour accompagner le développement des responsabilités des hôpitaux et de la médecine de ville.

Enfin, cet article porte sur une nouvelle refonte concernant la recherche et l’articulation entre les ministères suivants :

  • Santé et de la Recherche,
  • les agences sanitaires,
  • l’Inserm,
  • les CHU,
  • les universités,
  • les agences de financement (ex : l’Agence nationale de la recherche).

Ce système d’acteurs doit également être simplifié.

Chantier n°10 : « La démocratie sanitaire, enfin »

Pour terminer ses recommandations, le Laboratoire d’Idées Santé Autonomie propose de mettre en place une Agence Nationale de Santé représentant des citoyens et les usagers dans le domaine de la santé au niveau local, régional et national. La création de conditions d’une concertation dans le champ de la santé est primordiale.

En attendant de découvrir le futur programme santé porté par le Ministère, retrouvez le bilan de Ma Santé 2022 !

Découvrir la totalité des chantiers proposés par le Laboratoire d’Idées Santé Autonomie !