Skip to main content
ActusEvénementHôpital DigitalSantéTime To Care

L’IFEP dévoile les résultats du 4ème baromètre de l’expérience patient

By 25 janvier 2022janvier 27th, 2022No Comments

L’Institut Français de l’Expérience Patient (IFEP) présente les résultats de la 4ème édition du baromètre de l’expérience patient

L’Institut français de l’expérience patient a organisé le 21 janvier une conférence en ligne pour présenter les résultats de la 4ème édition de l’enquête du baromètre de l’expérience patient. Avec plus de 2000 répondants parmi les professionnels exerçant en établissement de santé et médico-sociaux, cette étude s’est également appuyée sur la participation d’un échantillon représentatif de 2000 usagers.

La présentation du baromètre de l’expérience patient a été faite par Odile Peixoto, directrice de la santé du groupe BVA, partenaire de l’IFEP.

HOPPEN vous propose un article de synthèse de la présentation des résultats de ce baromètre et les grandes tendances qui s’en sont dégagées.

La santé, premier sujet de préoccupation pour 78 % des Français

L’expérience patient est une notion qui progresse puisque 60 % des professionnels ont déjà entendu cette expression, soit une hausse de 5 points depuis 2018, la notoriété du terme reste très faible chez la population française avec seulement 12 % de personnes qui l’ont déjà entendue.

Cette notion est davantage perçue comme un fait relationnel pour les Français, alors qu’il s’agit pour les professionnels d’une notion « technocratique ». En effet, les experts de santé placent l’expérience patient au centre de leurs méthodes de travail et définissent le terme par la qualité, la satisfaction et le vécu. Pour les patients, l’expérience patient représente davantage la confiance, les soins et le relationnel.

Développer davantage l’expérience patient

Le baromètre montre également que les professionnels de la santé souhaitent voir l’expérience patient se développer davantage dans le système français et 76 % pensent qu’elle est insuffisamment incorporée dans le système de santé, alors que son importance est primordiale pour améliorer les soins. Les acteurs de santé disent donc vouloir s’investir et faire évoluer leurs pratiques, notamment en étant proactifs dans les démarches engagées par leur établissement sur ce thème. L’Institut Français de l’Expérience Patient constate d’ailleurs que les politiques d’expérience patient continuent de se développer dans les établissements de santé avec une hausse de 6 points par rapport à 2020.

D’autre part, la qualité de l’organisation du parcours patient est revenue à un niveau comparable à celui avant la crise sanitaire. Toutefois, le besoin d’améliorer la qualité et l’efficacité de la prise en charge du patient demeure.

Créer une culture commune

Lors des débats après la présentation du baromètre de l’expérience patient, les différents acteurs de santé ont relevé l’importance de créer une culture commune de l’expérience patient, afin d’accroître la notoriété du concept, notamment auprès de la population, et de le développer.

Dans cette démarche, Gérard Raymond, président de France Assos Santé, a en particulier insisté sur « l’obligation de renforcer le dialogue entre soignants et patients ». En effet, il appelle le milieu de la santé à se remobiliser pour accélérer l’engagement entre professionnels et les différentes structures, afin de « faire participer chacun d’entre nous à sa santé ».

De plus, les différents témoins de l’enquête ont déclaré que l’expérience patient s’établit seulement entre professionnels et n’inclut pas assez le patient dans son évaluation. Sophie Beaupère, déléguée générale d’Unicancer, a également précisé que l’expérience patient n’est pas seulement à prendre en compte, lors des soins, mais aussi dans la prévention et tout au long de la vie des patients.

D’autre part, Béatrice Frécon, déléguée nationale de la FNEHAD, a mentionné la dimension particulière des EHPAD dans l’expérience patient. Selon elle, il s’agit d’un levier d’attractivité très important dans le secteur du grand-âge et de l’aide à domicile.

Une démocratie sanitaire davantage axée sur le territorial

Au cours des discussions, Alexandra Fourcade (LR), chef du bureau des usagers au ministère de la Santé et conseillère départementale du canton de Neuilly-sur-Seine, a expliqué l’importance de la prise en compte de l’Expérience Patient dans les politiques publiques, en témoigne l’évolution de la démocratie sanitaire depuis une vingtaine d’années. Elle explique aussi qu’il faut inciter à l’utilisation des outils numériques ainsi que des outils de participation directe. Selon elle, « il faut avoir une approche plus concrète, et avoir des projets plus axés dans le territorial ».

De même, Zaynab Riet, déléguée générale de la FHF, a également exprimé son souhait d’imposer la politique de l’Expérience Patient dans les territoires, avec un volet stratégique afin de développer des projets propres à chaque établissement. Elle a rappelé que la FHF s’engage pour aider des établissements pilotes à conduire cette démarche, notamment avec « la responsabilité populationnelle ».

Béatrice Noëllec, directrice des relations institutionnelles de la FHP, a quant à elle rebondi sur la notion de démocratie sanitaire », soulignant le « besoin de structurer la démocratie sanitaire avec une prise de conscience de la société ».

Vers une meilleure organisation

En analysant les résultats du baromètre de l’expérience patient, les soignants culpabilisent de ne pas assez être dédiés aux patients, à cause notamment d’un manque d’organisation. Dans les échanges qui ont suivi, il a été proposé que, pour une meilleure organisation, les formations des soignants devraient intégrer plus de cours sur l’expérience patient avec des modules obligatoires pour bien en comprendre les leviers.

Béatrice Frécon a ajouté qu’il faut que « les critères relationnels soient plus valorisés dans la grille de santé ». Pour elle, avec une meilleure organisation et plus d’investigations auprès des patients, il est possible d’obtenir une transformation adaptée pour le système de santé.

Par ailleurs, Emilie Prin Lombardo, directrice au CHU de Montpellier, a mis en avant l’innovation organisationnelle pour valoriser l’expérience patient. Elle propose ainsi prendre en compte l’expérience des soignants, car « c’est à eux de décider en termes d’outils et d’équipements, un axe fort pour l’expérience patient ».

Intéressé.e par l’expérience patient ?

Découvrez nos solutions digitales ou téléchargez notre livre blanc sur la digitalisation des établissements de santé.